aiguilleglaciers20130612-1

Tel l'apprenti conducteur, le créneau doit se négocier au plus juste en ces périodes d'instabilités météorologiques. La route est ouverte depuis Bourg Saint Maurice.

Après une nuit aux Chapieux, il faut porter sur 300 mètres de dénivelée.

aiguilleglaciers20130612-2

Puis les peaux accrochent pendant...100 mètres. Ils restent donc 1400 mètres de dénivelée à parcourir ... avec les couteaux.

aiguilleglaciers20130612-3

Vous avez bien compris, pas facile à négocier lorsque l'on termine la litanie des miasmes laissés par l'hiver. Mais cela est payant, jugez plutôt.

aiguilleglaciers20130612-4

On a l'impression que c'est plutôt peu pentu... mais la vallée nous rappelle que l'on a déjà bien avancé. Petit aperçu du manteau neigeux en Tarentaise.

aiguilleglaciers20130612-5

On pourrait aussi être tenté par le côté chamallow de la neige.

aiguilleglaciers20130612-7

Mais il faut continuer sur cette dernière pente, qui sans couteaux, n'est pas négociable. Certains l'ont d'ailleurs effectué à pied.

 

aiguilleglaciers20130612-6

Pour la suite, il faut ouvrir grand les yeux et profiter de la vue au sommet.

aiguilleglaciers20130612-8

Pour la traditionnelle photo de groupe, nous avons même eu droit à un photographe professionnel ! Après tergiversation sur l'opportunité de descendre ou non immédiatement, le pique-nique est pris au sommet. Bien vu pour la descente, la neige était à POINT !

aiguilleglaciers20130612-9

Un petit détour pour éviter le torrent à un moment donné, et les skis nous portent quasiment au pied de la voiture, sur les langues de neige.

aiguilleglaciers20130612-10


Les randonneurs à pied prenaient leur pique-nique au col de la Seigne, les pieds dans la neige, juste pour rappeler que nous sommes  en juin.

Et en juin, on arrête le thé au lait...