Comptes-Rendus

IMG 1043

 Vendredi 22 février, l’heure est grave, les mines sont tendues pour Julie, Cyril, Pierre et Philippe, 4 marseillais déjà arrivés au gîte « Le creux des souches », à Névache pour ce raid international entre snowboardeurs des CAF d’Annecy, Grenoble et Marseille. Ce qui nous fait flipper, c’est que nous attendons nos alter-egos du Nord, à savoir 4 shabraks et 5 guenilles…

Certains parmi nous en ont déjà rencontré des riders du nord, et essaient de rassurer les autres : « Non, ils n’enlèvent pas les enfants pour les revendre en kit, non, ils ne coupent pas les mélèzes avec leurs moufles pour rider tout droit en forêt, non, ils ne distillent pas leur chaussettes pour créer des alcools qui rendent fous, enfin je crois… ».

Ben en fait, quand ils arrivent, ils ont l’air hyper cools, ô fan, on a stressé pour rien, fatche de !  Il y a Florence, Ina, Océane, Antoine, Aurélien, Florian, Georges, Joris et Thomas et quand ils parlent, con, on les comprend de suite, même s’ils ont l’accent pointu et tout !

Du coup, on prend un premier dîner avec eux et bing, direct, on prévoit de se réveiller tôt pour la première course de notre raid de 3 jours : nous sommes en février et la nuit est étoilée donc il y aura du regel, mais les températures annoncées sont très chaudes pour la saison et il ne faudra pas traîner en route…

  IMG 1043

Samedi 23 février, donc, départ à l’aube vers le fond de la vallée de la Clarée. Notre objectif du jour est le Charoumu (Point 2955m, non nommé sur la carte IGN) :

http://www.skitour.fr/sorties/charoumu-crete-de-mome,90448.html

que nous tenterons d’atteindre par ses pentes sud… Tenterons, pasque vé, y a pas trop de neige hein sur les versants sud ! Un petit bout de sentier d’été, un déchaussage, le savoir-faire d’Antoine Boutet qui lead le groupe et nous fait grimper de vallon en vallon, quelques discussions entre encadrants et hop, voilà le sommet atteint. De là, nous avons une vue de fada, en balcon sur les Ecrins au sud, vers le Queyras et le Viso plus à l’Est, le Thabor et le Mont Blanc au Nord et les aiguilles d’Arves à l’Ouest. Putaingue, c’est presqu’aussi bô que la vue sur le vieux port, depuis la Bônne Mère !!!

Par contre, après le casse-croûte, la descente est pas terrible, disons que... même sur le forum de skitour, y a personne qui a les mots pour décrire précisément cette neige mi dure, mi molle, lourde et humide tout en étant travaillée par le vent en forme de coupe gorge, puis carrément bouillasseuse sur le bas. Les spliteux repeautent, les raquetteux reraquettent, nous filons tous jusqu’au refuge de Ricou par le chemin de ronde…

Quelques bières et douches plus tard, après un repas fort bon, nous découvrons que certains d’entre nous ont fait des choix drastiques en ce qui concerne le contenu de leur sac… De grosses bouteilles de Rhum arrangées sont sorties et c’est là que la cohésion du groupe se fait irréversiblement. Nous ne sommes déjà plus seulement des membres de nos clubs alpins respectifs, mais nous ne sommes pas encore une entité et puis au fait, pourquoi ils ont pas de surnom les snowboardeurs marseillais, etc, etc, c’est après bien des discussions philosophiques que nous regagnons nos dortoirs, certains que la journée du lendemain sera belle !

  IMG 1043

Dimanche 24 février, ce mois de février 2019 étant particulièrement chaud et le bera annonçant un risque peu élevé, nous avons hâte de rider en versant nord… Après une belle discussion entre encadrants sur le « plus meilleur bon plan possible », nous décidons de faire le tour horaire de la crête du Queyrellin : http://www.skitour.fr/sorties/cretes-du-queyrellin,91716.html

Nous commençons par descendre du refuge Ricou sur la piste hyper gelée… la tension est là dès le réveil, mais pas d’engatse pour le coccyx de dégun… Sur le versant d’en face, la jolie montée vallonnée suit un ruisseau qui apparait de ci, de là à travers la couche de neige… Quand la pente se redresse, avant la selle finale  ô fan, il fait chaud, on se croirait dans les calanques au mois d’août !

IMG 1043

Un petit casse-croûte plus tard, nous prenons, à partir de la Crête de la Casse Blanche, ce grand « toboggan » que chacun observait depuis la veille, premières sensations de ride sympas… Arrivés au refuge du Chardonnet, après quelques parts de tarte et un petit « débriefingue de dingues » entre encadrants, 11 acharnés repartent vers la pointe du demi, chère à nos cœurs depuis que Jean-Pat Comba nous en a expliqué l’étymologie l’an dernier pendant le stage initiateur snowboard… Pour ceux-là, c’est une journée à 1900m de D+, comme quoi mélanger les clubs, ça additionne peut-être le dénivelé ?

En tous cas, c’est là que nous faisons définitivement péter les frontières, que nous dépassons tous le cadre de nos clubs respectifs pour devenir des SHAMANILLES : 1/3 Shabrak, 1/3 un peu branleur, 1/3 guenille, 1/3 marseillais et un dernier gros tiers plus ou moins stylé : tout simplement le futur du snowboard quoi !

Un des deux gardiens du refuge prépare un diplôme de pâtissier ? On décide de lui rendre service en goutant tous ses produits pour lui faire des retours gustatifs, les parts de tarte pleuvent littéralement, le séjour de snowboard se transformerait presque en émission culinaire et franchement en grosse bouffe, y a pas un club qui sort du lot…

Par contre côté hygiène, les gens du Nord, c’est pas encore ça… Sous prétexte que la chaudière ne marche pas et que l’eau est gelée, y a que les marseillais qui se lavent… au risque de mettre en péril leur intégrité physique…Alors que c’est globalement nous qui avions le moins transpiré en plus !!!

Dans les dortoirs, nous constatons à nos corps défendant qu’il fait beaucoup, beaucoup plus chaud dans les lits du haut que dans ceux du bas… (Genre, si tu dors en haut, tu supportes  même pas ton slip, du coup la nuit est bizarre pour beaucoup d'entre nous…).

IMG 1043 

Lundi 25 février, nous partons vers le col de la grande manche, conduits par Joris Legay : http://www.skitour.fr/sorties/col-de-la-grande-manche,91774.html. Nous sortons au col de droite, entamons prudemment la descente un par un, puis, sous la houlette d’Aurélien Personnaz, faisons un atelier cramponnage- piolet. Nous remontons ensuite un couloir de la dent du diable. Il est encaissé, il est raide, certains utilisent les crampons pour la première fois, du coup les émotions diverses sont au rendez-vous ! Vé, on se croirait un peu rue saint Ferréol le jour de l’ouverture des soldes tellement y a de tensions…

Une nouvelle pause "tarte" au refuge du Chardonnet et nous repartons avec toutes nos affaires… Une courte remontée et pour retrouver la route de Névache, nous descendons par le bois de Suly, conseillé quelques jours auparavant par le fameux : https://www.facebook.com/people/Jean-Pat-Comba-Guidesplitboard/100010741935922...

Une grosse gavade de poudreuse dans ces bois que nous traversons en arrivant pile jusqu’au pont de la Souchère… Deux informations qui pourraient laisser à penser que les 4 encadrants sont des pros de la carto et de l’évaluation de la qualité de la neige selon l’orientation, mais ça, on le savait tous déjà, bien sûr… Enfin surtout nous 4 en fait…

Pour finir, un dernier avertissement : en montagne, le risque est tout le temps présent, alors méfi de "a" jusqu'à "z"… En effet, arrivés aux voitures, nous allons boire une dernière bière à la brasserie de Névache : http://www.vallouimages.com/brianconnais/chevalier-barbu.htm. Et là, peut-être à cause de la fatigue,  d'une pulsion morbide liée à la tristesse de se quitter après ces 3 jours passés ensemble, l’un(e) de nous commande… un jus d’abricot… Le brasseur qui n’avait déjà pas l’air commode du tout, change de visage et devient carrément menaçant devant ce qu'il vit comme un affront… Nous exfiltrons rapidement notre collègue qui, avec la peur, semble comme avoir passé tout un match au Vélodrome avé un maillot de Paris sur le dos……

  IMG 1043

Bilan : une sortie projetée entre « collègues de promo » initiateurs snowboard de randonnée 2018, qui est aussi un retour dans les Cerces, lieu de cette formation distillée par Jean Pat Comba et Guillaume Condat, 3 CAF parcourant ensemble les crêtes enneigées sans souci, de chouettes rencontres amenant à la création d’une nouvelle entité, les Shamanilles, de belles courses avec de sérieux dénivelés, 176 litres de bières, 4 de rhum et un jus d’abricot, 122 parts de tarte… Merci à tous et particulièrement à Antoine, Aurélien et Joris...à refaire en 2020 !!!

Philippe Guinet (du 1/3 marseillais) 

Club Alpin Français d'Annecy
17, rue du Mont Blanc
74000 ANNECY
Tél. 04 50 09 82 09
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ouvert au public: le mercredi de 15h à 19h, le vendredi de
17h30 à 21h et le samedi de 10h à 12h

 

Le Parking est difficile...

N'utilisez pas les places des résidents de la copropriété

Dans les rues adjacentes, ne bloquez pas les entrées privées